Jean-Paul David, nouveau président de l’Association des maires des Alpes-Maritimes

Publié le 11/12/2020 à 12:19 – Mis à jour le 11/12/2020 à 12:24

Nice Matin

Jean-Paul David, maire de Guillaumes et nouveau président de l’Association des maires des Alpes-Maritimes, ici à l’Elysée lors de la réception des maires par Emmanuel Macron. Photo NM

Jean-Paul David, maire de Guillaumes depuis 1989, membre du comité directeur du Mouvement de la ruralité et président de l’Association départementale des maires ruraux, est le nouveau président de l’Association des maires des Alpes-Maritimes. Il succède à Honoré Colomas, ancien maire de Saint-André-de-la-Roche.

Maire de Saint-André-de-la-Roche depuis 1971, Honoré Colomas ne s’est pas représenté en mars dernier. En conséquence, il a également dû abandonner la présidence de l’Association des maires et présidents d’intercommunalités des Alpes-Maritimes, qu’il occupait depuis 2001.

A l’issue de l’assemblée générale de l’instance, tenue ce vendredi au conseil départemental, en présence du préfet, il a été remplacé par une direction bicéphale: elle sera formée par Jean-Paul David, maire de Guillaumes depuis 1989, membre du comité directeur du Mouvement de la ruralité et président de l’Association départementale des maires ruraux, qui aura pour adjoint Jérôme Viaud, maire LR de Grasse depuis 2014.

Ils seront entourés d’une équipe représentative des équilibres territoriaux, issue d’une liste unique.

SOLIDARITÉ ACTIVE

Cette assemblée générale aura été l’occasion pour les élus locaux azuréens d’enfoncer le clou sur le thème des maires “piliers de la République”, qui se sont retrouvés en première ligne face à la crise sanitaire et aux dégâts de la tempête Alex.

Elle a aussi été placée sous le signe de la solidarité : l’Association des maires a reçu une somme de 1.313.690 euros, fruit des dons venus de 54 départements en faveur des communes sinistrées par Alex.

LOGEMENTS SOCIAUX ET RECONSTRUCTION

Les élus présents ont, en outre, interpellé le préfet Bernard Gonzalez sur les quotas de logements sociaux imposés par la loi SRU et les pénalités infligées aux communes qui ne les remplissent pas, assimilées notamment à “une forme de racket” par le maire de Villeneuve-Loubet Lionnel Luca.

Le préfet a incité à trouver des solutions innovantes, pour bâtir différemment, de manière plus écologique, tout en tenant compte du volume des demandes de logement qui affluent dans les communes.

Bernard Gonzalez a par ailleurs confirmé un engagement budgétisé de l’État à hauteur de 170 millions, dont 25 millions d’aide d’urgence immédiate, pour les vallées sinistrées.

Et il a invité l’État et les collectivités locales à se regrouper dans une structure collégiale, dès janvier, pour travailler de concert à “une reconstruction exemplaire”.

Michel Lottier, maire de Blausasc, a par ailleurs suggéré que les communes non affectées renoncent cette année à leur dotation cantonale, pour qu’elle soit redistribuée à celles touchées par la tempête.